Sectoral structure and financial fragility in emerging economies - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2006

Sectoral structure and financial fragility in emerging economies

Structure sectorielle et fragilité financière dans les économies émergentes

Yannick Kalantzis
  • Function : Author

Abstract

The nineteen-nineties have witnessed a number of dramatic balance-of payments crises in developing economies that had recently opened their capital account. These crises consisted in a large real depreciation, a sudden decrease in investment, and a current account reversal; they had particularly strong effects in the non-tradable sector. This work studies the impact of the sectoral structure, taking into account the sectors producing tradable and non-tradable goods, on the possibility of balance-of-payments crises in an emerging economy. We build four different theoretical models of a two-sector small open economy. A balance of- payments crisis is modeled as a self-fulfilling real depreciation which relies on balance sheet effects. The models also study the determinants of the sectoral structure and its evolution after a capital account liberalization. Our results show that crisis equilibria exist when the relative size of the non-tradable sector is large enough. They also show that a strong capital account liberalization leads to an increase in the relative size of this sector and can therefore make the economy financially fragile in the long run. Conditions for this financial fragility in the long run are derived. They involve international factors like the world interest rate, but also depend on domestic structural factors specific to each country, like the intensity of borrowing constraints, the rate of technical progress, the sectoral technological levels, or the degree of financial openness.
Les années 1990 ont été marquées par une succession de crises de balance des paiements d'une grande violence dans les économies en voie de développement récemment intégrées à la finance internationale. Ces crises se caractérisent par une brutale dépréciation réelle, une chute soudaine de l'investissement, un renversement des flux de financement externe et touchent plus particulièrement le secteur abrité de la concurrence internationale. Ce travail de recherche étudie l'impact de la structure sectorielle, en faisant la distinction entre le secteur abrité de la concurrence internationale et le secteur exposé, sur la possibilité de crises de balance des paiements dans une économie émergente. A cette fin, nous construisons quatre modèles théoriques différents d'une petite économie ouverte à deux secteurs. Nous modélisons une crise de balance des paiements comme une dépréciation réelle auto-réalisatrice qui repose sur des effets de bilan. Les modèles permettent également d'étudier les déterminants de la structure sectorielle ainsi que sa dynamique à la suite d'une libéralisation des mouvements de capitaux. Nos résultats montrent que les équilibres de crise existent lorsque la taille relative du secteur abrité est suffisamment grande. Ils montrent aussi qu'une forte libéralisation des mouvements de capitaux induit un accroissement de la taille relative de ce secteur et peut donc rendre l'économie financièrement fragile à long terme. Les conditions de cette fragilité financière à long terme font intervenir des facteurs internationaux, comme le taux d'intérêt mondial, mais aussi des facteurs structurels propres à chaque économie: intensité des contraintes d'endettement, progrès technique, niveaux sectoriels de développement technologique ou degré d'ouverture financière.
Fichier principal
Vignette du fichier
kalantzis-these.pdf (1.35 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

pastel-00001997 , version 1 (07-11-2006)

Identifiers

  • HAL Id : pastel-00001997 , version 1

Cite

Yannick Kalantzis. Sectoral structure and financial fragility in emerging economies. Humanities and Social Sciences. Ecole des Ponts ParisTech, 2006. English. ⟨NNT : ⟩. ⟨pastel-00001997⟩
140 View
218 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More