Genotype by environment interactions in meat-type chickens and laying hens - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2006

Genotype by environment interactions in meat-type chickens and laying hens

Etude des interactions entre génotype et environnement chez le poulet de chair et la poule pondeuse

Aya Lydie N'Dri
  • Function : Author

Abstract

Interactions between genotype and environment have been neglected in selection, as rearing conditions were standardised, so that interactions were of limited importance. Nowadays, selection firms are concentrated, which leads to a reduction in the number of available lines and to more standardized selection conditions in selection. Simultaneously, poultry production is developing in an increasing number of environments (rearing conditions and climates). This work therefore aimed at answering to several questions posed to poultry breeders: which line has to be chosen for a specific rearing condition, in which environment and on which criterion have animals to be selected? In order to answer the first question, we compared growth, carcass composition, meat technological and organoleptic quality of standard and label meat-type chickens, reared either in temperate climate or under hot conditions. Label chickens presented the three possible genotypes to the naked neck gene Na. Our study showed that the label chickens were more resistant to hot temperature than broilers. However, the "Na" gene did not bring any additional advantage in terms of heat resistance. Finally, we also found several triple genotype by temperature by sex interactions, which showed that results found in one sex cannot be easily extrapolated to the other sex. In a second part, we were in the situation in which the genotype was already chosen, as we worked on traditional laying hens, the la Gauloise Noire and the Gauloise Dorée. These breeds are to be reared in traditional conditions, outside, where they are under natural photoperiodic variations. In this part, the question was therefore to determine whether the best selection environment was claustration with a fixed light program or with a light program simulating natural diurnal variations. We did not find much significant genotype by environment interactions. However, in the Gauloise Dorée, sires ranked very differently in both environments, which implied that selecting candidates in claustration environment would lead no to keep the best males. For some traits showing crossed interactions, the selected candidates would even be the worse in natural conditions. In the last part, we studied the interaction between rearing system and genotype in label chickens. These animals are selected in claustration but are production in an environment with access to open-air. Genetic correlations estimated between both environments showed the presence of genotype by environment interactions on growth and carcass composition. However, there were of sufficiently limited importance to justify the selection in claustration. Moreover, we evaluated the possibilities of selection of feed conversion ratio in this genotype. Direct selection is possible from heritability estimate, but it implies to rear animals in cage. Ignoring interaction leads to choose fatness as the best indirect selection criterion of feed conversion ratio, in cage. At the opposite, taking interactions into account leads to choose growth
Les interactions entre génotype et environnement ont longtemps été négligées en sélection avicole, car la standardisation précoce des conditions d'élevage y limitait leur amplitude. Aujourd'hui, on assiste à une forte concentration des entreprises de sélection avicole, qui entraîne une réduction du nombre de souches disponibles et une standardisation de plus en plus poussée des conditions d'élevage en sélection. Simultanément, le développement de l'aviculture s'accompagne d'une diversification des milieux dans lesquels sont élevés les animaux, en terme de conditions d'élevage ou de climat. Ce travail avait donc pour but de répondre à plusieurs questions que se pose un sélectionneur face à la présence d'interactions: quelle souche doit-on choisir pour un milieu donné, dans quel milieu et sur quel critère doit-on retenir les candidats à la sélection ? Pour répondre à la 1ère question, nous avons comparé les performances de croissance, de qualité de carcasse, de viande et organoleptiques de poulets standard et label élevés en conditions de température tempérées ou chaudes. Les poulets labels présentaient les trois génotypes possibles pour le gène "Cou Nu". Notre étude a montré que les poulets labels résistaient mieux à la chaleur que les poulets à croissance rapide. En revanche, le gène "Cou Nu" n'apporte pas d'avantage supplémentaire pour la résistance à la chaleur de ce génotype à croissance lente. Enfin, nous avons mis en évidence plusieurs interactions triples entre génotype, température et sexe, qui montrent qu'il ne faut pas extrapoler à un sexe les résultats obtenus pour l'autre. Dans une 2ème partie, nous nous sommes placés dans le cas où le génotype était déterminé d'avance, en travaillant sur des races de poules pondeuses traditionnelles, la Gauloise Noire et la Gauloise Dorée. Ces races sont destinées à un élevage traditionnel, en conditions extérieures, où elles sont soumises à une variation naturelle de la photopériode. Dans cette partie, la question était donc de déterminer le meilleur milieu de sélection (en claustration avec un programme lumineux fixe ou en simulant une variation de photopériode naturelle). Si très peu d'interactions significatives ont pu être mises en évidence dans cette partie, le rang des pères de souche Gauloise Dorée est très variable entre milieux. Cela implique qu'ignorer les interactions conduirait à ne pas retenir les meilleurs candidats à la sélection pour beaucoup de caractères. Pour certains caractères présentant une interaction croisée, on retiendrait même les plus mauvais candidats en sélectionnant en claustration plutôt qu'en photopériode simulant le printemps. Enfin, dans une 3ème partie, nous avons étudié l'interaction entre système d'élevage chez le poulet label. Ces animaux sont sélectionnés en claustration au sol et élevés avec accès à un parcours extérieur. Les corrélations génétiques estimées entre milieux montrent la présence d'interaction entre génotype et environnement sur les caractères de croissance et de composition corporelle, mais d'amplitude suffisamment limitée pour maintenir la sélection en claustration. D'autre part, nous avons évalué les possibilités de sélection, dans ce génotype, de l'indice de consommation. La sélection directe est possible au vu de l'héritabilité de ce caractère, mais elle implique de maintenir les animaux en cage. Si l'on ignore la présence d'interactions entre génotype et environnement, le meilleur critère indirect de sélection de l'indice de consommation en cage est l'engraissement. En revanche, si l'on prend ces interactions en compte, les meilleurs critères de sélection sont les paramètres de la courbe de croissance mesurés au sol, en claustration ou avec accès à un parcours extérieur
Fichier principal
Vignette du fichier
TheseNdri_LydieGlobal.pdf (1.62 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

pastel-00002277 , version 1 (22-03-2007)

Identifiers

  • HAL Id : pastel-00002277 , version 1

Cite

Aya Lydie N'Dri. Genotype by environment interactions in meat-type chickens and laying hens. Life Sciences [q-bio]. INAPG (AgroParisTech), 2006. English. ⟨NNT : 2006INAP0017⟩. ⟨pastel-00002277⟩

Collections

PASTEL PARISTECH
390 View
1768 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More