Biochips based on silicon for detecting the interaction between aptamers and pathogens

Résumé : La détection rapide et sensible des agents pathogènes est d’une très grande importance pour la biosécurité. Les biopuces sont bien adaptées à cet effet, car elles permettent la détection multiplexe des cibles. Une limitation cruciale des biopuces est leur manque de fiabilité et de sensibilité. L’objectif de cette thèse est de développer une architecture reproductible de biopuces à base de couche mince de silicium amorphe carboné (a-SiC:H) déposée sur un réflecteur en aluminium pour une détection fiable et sensible des pathogènes. Nous avons choisi comme système modèle l’interaction de la toxine alimentaire ochratoxine A (OTA) avec son aptamère AntiOTA de longueur 36mer. Les aptamères (simples brins d’ADN) sont de plus en plus utilisés comme sondes en raison de leur grande spécificité et affinité vis-à-vis d’une large gamme de cibles (i.e. protéines, bactéries…). La stratégie de fabrication consiste en un greffage de monocouches organiques d’acides carboxyliques via des liaisons Si-C robustes, suivi de l’accrochage covalent des aptamères par un couplage peptidique. Les processus de greffage ont été mis au point sur silicium cristallin permettant la quantification des couches greffées par spectroscopie infrarouge en mode ATR (Attenuated total reflexion). La quantification IR des interactions OTA – AntiOTA a été montrée pour la première fois sur des surfaces par IR-ATR. La spécificité de l’aptamère a été démontrée en utilisant une molécule chimiquement similaire (warfarin), pour laquelle l’AntiOTA ne montre aucune affinité. Ces protocoles bien contrôlés ont été transférés sur l’architecture de la biopuce a-SiC:H. Les aptamères immobilisés sont hybridés avec des brins complémentaires marqués avec des fluorophores. En présence de l’OTA une déshybridation des brins complémentaires est attendue, conduisant à une diminution du signal fluorescent. Différentes longueurs de brins complémentaires ont été comparées, montrant jusqu’à 13% de diminution due à l’interaction de l’OTA.
Type de document :
Thèse
Materials and structures in mechanics [physics.class-ph]. Université Paris-Saclay, 2016. English. 〈NNT : 2016SACLX103〉
Liste complète des métadonnées

https://pastel.archives-ouvertes.fr/tel-01505677
Contributeur : Abes Star <>
Soumis le : mardi 11 avril 2017 - 16:15:07
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:18:24
Document(s) archivé(s) le : mercredi 12 juillet 2017 - 13:21:01

Fichier

57389_ASCHL_2016_archivage.pdf
Version validée par le jury (STAR)

Identifiants

  • HAL Id : tel-01505677, version 1

Citation

Timothy Aschl. Biochips based on silicon for detecting the interaction between aptamers and pathogens. Materials and structures in mechanics [physics.class-ph]. Université Paris-Saclay, 2016. English. 〈NNT : 2016SACLX103〉. 〈tel-01505677〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

260

Téléchargements de fichiers

70