GLOBAL ORGANISATION AND LOCAL ARRANGEMENTS IN WATER PROVISION IN HAVANA AND BAMAKO - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2009

GLOBAL ORGANISATION AND LOCAL ARRANGEMENTS IN WATER PROVISION IN HAVANA AND BAMAKO

ORGANISATION GLOBALE ET ARRANGEMENTS LOCAUX DANS LA DISTRIBUTION D'EAU A BAMAKO ET A LA HAVANE

(1)
1

Abstract

In Havana, and Bamako, water supply is incomplete. It is limited either in time or geographically. Socio-political regulation participates in water networks setting. Therefore entry of private companies in water utilities management is seen as a solution thanks to international financing coming from SAUR and AGBAR. Nonetheless, private management of the former public companies supposes a changing in the infrastructure cost distribution. This modification in the payer's identity might lead to political instability. In Bamako, middle class who forms the power base is requested to suppport tariff rises for water supply under this new private management. In Havana, private funds in water supply divided the territory according to the quality of the service. In both cities companies' profit is the priority, leaving the benefits of safe water supply backward. Relations between the State and the private company are different according to the country. Cuban interests converge with those of the private supplier (AGBAR) thanks both to the State major capital participation in the company supplying water and thanks to its ability to control a market generating currencies. On the contrary, Malian State fail his alliance with the private interet (SAUR). Privatisation added difficulties and disparties in the context of poor urban management.
A La Havane et à Bamako, la distribution d'eau par réseau est partielle. Elle est limitée soit au niveau des horaires soit géographiquement. Une régulation socio-politique s'exerce et concourre à la constitution des réseaux. Dans ce contexte, l'entrée d'entreprises privées dans la gestion du service d'eau est présentée comme une solution grâce aux financements internationaux de SAUR et de AGBAR. Cependant, la participation privée à la gestion des ex entreprises publiques correspond aussi à un changement de répartition dans la prise en charge du coût des infrastructures. Cette modification dans l'identité des contributeurs peut-être politiquement destabilisante. A Bamako, c'est la classe moyenne jusque là soutien du pouvoir qui est sollicitée. A La Havane, l'entrée de l'entreprise privée soumet le territoire à des divisions dans la qualité du service. Dans les deux situations, le profit de l'entreprise est prioritaire, reléguant au second plan les effets bénéfiques de l'accroissement de la distribution d'une eau de qualité. Le rapport de force entre l'entreprise privatisée et l'Etat est toutefois différent dans les deux pays. Les intérêts cubains s'accordent bien avec ceux de l'entreprise privée (AGBAR) grâce à une participation majoritairement étatique au sein de l'entreprise gestionnaire du réseau et grâce à la capacité étatique à contrôler un marché générateur de devises. En revanche, l'Etat malien ne réussit pas l'alliance des intérêts du privé (SAUR) avec les siens, dans un contexte où les disparités liées à la mauvaise gestion de l'espace urbain ont, par ailleurs, été accentuées par la participation des capitaux privés.
Fichier principal
Vignette du fichier
thèsePP.pdf (5.83 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

tel-01719270 , version 1 (28-02-2018)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives - CC BY 4.0

Identifiers

  • HAL Id : tel-01719270 , version 1

Cite

Pascale Pinceau. ORGANISATION GLOBALE ET ARRANGEMENTS LOCAUX DANS LA DISTRIBUTION D'EAU A BAMAKO ET A LA HAVANE. Sciences de l'Homme et Société. AgroParisTech, 2009. Français. ⟨NNT : 2009AGPT0041⟩. ⟨tel-01719270⟩
164 View
379 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More